AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

We existed when we take risks [PV. Ariana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
MESSAGES : 858
We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Ven 6 Nov - 0:03

WE EXISTED WHEN WE TAKE RISKS
Ariana & Cameron


« T’as entendu parler de la petite nouvelle qui se tape déjà trois mecs ? Faut que je fasse sa connaissance ! » J’indique à Ariana la bombasse qui vient d’entrer dans le réfectoire, je comprends pourquoi elle a tant de succès. Il suffit de voir son déhanché pour être à ses genoux. Bon sang. Quelle boule ! Oups. Je cligne des yeux et détourne tant bien que mal le regard pour me reconcentrer sur mon plateau et agresser d’un coup de fourchette une de mes frites. Ah quand même ! On ne peut pas nier son potentiel. « Désolé. » Glissais-je tout bas en me rendant compte de l’attention que je porte dès qu’un corps féminin aussi magnifique débarque sous mes yeux. Mais si vous pouviez voir ce que je voie, vous en ferez autant, bande de pervers. Je mange une nouvelle fourchette avant de la reposer sur le bord de mon assiette, de me reculer dans ma chaise et de croiser les bras. Débutons le sujet sérieux. « Bon … » Je n’ai aucune envie d’en parler, mais je suis bien trop curieux et j’ai envie de savoir ce que l’avenir va réserver dans tout ça pour Ariana. « Il se passe quoi avec lui ? » J’ajoute rapidement. « Tu sais de qui je parle, Reyes. » Je ne l’aime pas et il est hors de question pour moi de le nier. Au contraire. Je bois une gorgée de mon verre d’eau et continue de parler, ajoutant comme si je ressortais d’une heure de réflexion alors qu’il ne m’a fallu qu’une seule seconde, ne laissant pas le temps à mon amie d’en dire trop. « Non, oublies en fait, je ne préfère pas savoir. Si c’est pour me dire comme quoi tu embrasses ce truc, ça va me faire vomir et j’aime trop les frites pour faire du gâchis. » Rien qu’imaginer un tel exploit … Oh mon dieu ! J’ai des hauts le cœur, ça y est.

Je préfère changer de sujet, me redresse et avale quelques frites en une seule bouchée. L’idée d’imaginer le blond poser un doigt sur le corps d’Adriana, même une minuscule partie, me donne froid dans le dos. Comment une telle chose peut arriver ? Sérieusement ? Qu’est-ce qu’elle peut bien lui trouver ? Ce mec n’a strictement rien pour lui ! Mais quand je ne dis rien, c’est vraiment rien. Bon, pensons à autre chose, ce détail là m’énerve tellement. Et si on faisait cette expérience ? « En fait, quand est-ce qu’on essaye de voir ce que ça donne ton pouvoir sur le mien ? » Mon air de gamin et ahuri sur le visage, mon envie d’expérimenter est bien plus forte que celle de connaître. Ouais ! Essayons ! Maintenant !

Emi Burton

_________________
La liberté des sentiments ne laisse pourtant pas une âme libre.
avatar
MESSAGES : 1396
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Sam 7 Nov - 20:16


Contrairement à ce cher Cameron, Ariana n'avait jamais prétendu être un juge de bon goût lorsqu'il s'agissait d'estimer les... qualités physiques d'une personne. Et, contrairement à Cameron, elle ne se retournait pas sur tous les individus dotés d'un génome XX et qui passaient dans un rayon de 10m. D'un autre côté, elle ne pouvait pas prétendre être Cameron, cet espèce de Monsieur Muscle au grand coeur, qu'elle avait appris à apprécier - et ce, malgré ses blagues d'un goût douteux. Et ses remarques très... Cameroniennes. Ne détournant que brièvement son attention de son assiette - ô combien passionnante fut-elle - elle leva les yeux vers la sublime créature qui avait tapé dans l'oeil de son ami. Puis elle mordilla distraitement les dents de sa fourchette, jaugeant la fille en question, et finit par secouer négativement la tête. "Hmmm, non. Elle se prend trop pour dieu réincarné, c'est clair. Tu mérites bien mieux. En plus, les pare-chocs..." Elle secoua encore une fois la tête, histoire de faire bonne mesure, et de signifier que le débat était terminé, et elle se reconcentra sur sa purée, dans laquelle elle tracait des lignes sans fin avec les dents de sa fourchette. Des routes pomme-de-terriennes qui ne menaient nulle part. Poétique.

Mais Cameron, ce génie, réussit une fois de plus à l'arracher à sa contemplation, et elle leva vers lui des yeux surpris. "Il se passe quoi avec lui ?" Hein? Avec lui qui? C'était quoi, cette histoire, encore? Il ne se passait rien avec personne. Du moins, pas à sa connaissance. Adressant un regard interrogateur à son ami, elle se servit un verre d'eau, qu'elle but tranquillement... et faillit recracher à la figure de Cameron. sa purée, elle, en revanche, ne fut pas épargnée. Pauvre purée. La phrase coupable? "Tu sais de qui je parle, Reyes." HEIN?! REYES?! Comme dans "Jackson Taylor Reyes, aka je-suis-un-dieu-blond-qui-pète-le-feu-alors-ne-respirez-pas-le-même-air-que-moi-même-si-je-suis-magnifiquement-bien-fichu"? Ce Reyes-là? Non, parce qu'elle ne savait pas ce qu'il y avait dans les frites de Cameron, mais ce n'était clairement pas quelque chose de sain pour sa santé mentale. Brusquement inquiète, elle retira son gant de la main droite, elle agita la main devant le nez de Cameron, pour s'assurer qu'il était bien conscient et en pleine possession de ses capacités mentales. Visiblement, ça n'avait pas l'air de trop disfonctionner à ce niveau-là. Etrange. "Non, oublies en fait, je ne préfère pas savoir. Si c’est pour me dire comme quoi tu embrasses ce truc, ça va me faire vomir et j’aime trop les frites pour faire du gâchis." A l'écoute de cette simple phrase, elle ouvrit la bouche façon carpe koï, médusée, sans pouvoir s'empêcher de fixer Cameron. Elle, embrasser Jackson? C'était quoi, ce délire, encore? Ce n'était pas parce qu'elle pouvait le toucher sans qu'il ne meure (dommage), qu'elle commençait vaguement à l'apprécier, et qu'en étant parfaitement honnête, elle pouvait s'avouer qu'il n'était pas mal du tout que c'était une raison pour l'imaginer avec lui. Oh god. Le truc dans les frites de Cameron devait être sacrément bien dosé. Alors, sans raison, elle explosa littéralement de rire, incontrôlable, allant même jusqu'à hoqueter - ce qui, avec l'eau qu'elle venait à peine d'avaler, formait un son... intéressant. La carapace de la reine des glaces s'était lentement fendillée, l'année précédente, pour laisser le monde extérieur y entrer progressivement. Cameron avait fait partie de ceux-là. Même s'il de démordait toujours pas de son obsession avouée. La toucher. Sérieusement. Quel personne avait si peu d'instinct de survie pour vouloir volontairement poser les doigts sur elle? Le jeune Allen, visiblement. Elle avait refusé plus de fois qu'il n'y avait de fourmis aux Etats-Unis, mais il ne renonçait pas. Jamais. Brusquement fatiguée, elle se massa les tempes et jeta un regard vaincu à Cameron. "Si je te dis non, tu ne vas pas céder, pas vrai?"

_________________
running still
bang my head against the wall. though i feel light headed, now i know i will not fall. i will rise above it all. found what I was searching for © pathos
avatar
MESSAGES : 858
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Dim 15 Nov - 13:28

WE EXISTED WHEN WE TAKE RISKS
Ariana & Cameron


Comment ça non ? Et les pares chocs ? Ben quoi qu’est-ce qu’ils ont ? Justement, ils sont bien plus gros que la moyenne et ça, en pleine action, je peux vous dire que c’est top pour un mec. Il a quoi tenir dans sa main. Oh je m’évade. Mais je la trouve bien canon celle-là ! Même si Ariana clos bien vite ce débat, je ne peux pas m’empêcher de la regarder, sans aucune discrétion, avec presque un filet de bave naissant aux coins des lèvres. Ma fourchette en suspens dans les airs, près de ma bouche, je gobe au ralenti les quelques frites qui vienne se glisser  avec nonchalance. Ah je suis désolé, mais elle est hyper bien foutue ! Si elle se prend pour dieu incarné, comme dit si bien ma compère, c’est qu’il doit y avoir une solution. Et comme on dit, on ne peut se fier qu’à soi-même. Je dois faire sa connaissance. C’est une obligation dorénavant pour avoir mon propre avis sur la question. Je m’oblige à détourner les yeux pour ne plus être obsédé par sa paire de fesses bien amortie. Et tente de poser mon regard sur mon assiette, mais un autre sujet vient me perturber.

Toutes ces rumeurs à l’école. Tous ces témoignages. Je peux être un bon espion quand je le veux et trouver le plus d’informations possibles sur le sujet qui m’intéresse et en l’occurrence, le rapprochement bien étrange d’Ariana et Jackson, je ne suis pas le seul à me méfier. Elle a beau faire comme si je n’étais pas normal, mais je sens que quelque chose ne va pas. Elle passe de « je te déteste », ce qui est forcément compréhensible quand on connait le phénomène horriblement mauvais qu’il est à « je t’offre un super cadeau pour ton anniversaire », depuis quand on fait des cadeaux de malade à quelqu’un qu’on déteste ? Jamais ! Alors oui, je suis septique et je vais garder un œil sur tout ça, je suis très méfiant quand un blond vaniteux vient s’incruster. Et ce n’est pas le fou rire de la Fairchild qui va me rendre moins méfiant, au contraire. « Qu’est-ce qu’il y a de drôle ? » Non, parceque, je ne comprends pas. Je suis sérieux pour une fois, merde. L’imaginer. Elle et … S’embrasser …. Beurk ! C’est tellement horrible comme image. Finalement, contre toute attente, j’ai l’agréable impression qu’Ariana capitule enfin, elle cède à ma demande. Dans ma demande je suis en train de danser quatre danses en même temps, dans ma tête je dis bien. « Je ne céderai jamais, j’ai envie de voir ce que ça fait. » Je lâche ma fourchette bien vite dans l’espoir que l’expérience puisse être menée. Mon envie de vomir remplacée rapidement par un sourire ravi. Ajoutant, sans aucun remords, comme pour avoir un argument supplémentaire. « Il paraît que quelqu’un dans l’école a le droit d’être touché sans qui ne lui arrive rien … » Il paraît oui. Même si ce n’est pas mon envie. Au contraire.


Emi Burton

_________________
La liberté des sentiments ne laisse pourtant pas une âme libre.
avatar
MESSAGES : 1396
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Mar 17 Nov - 22:31


Elle hésita brièvement à signaler à Cameron qu'un filet de bave avait atterri dans ses frites, à force d'admirer Pare-Chocs... et, mesquinement, se résolut plutôt à le laisser les manger comme ça. Ca lui apprendrait, tiens. Il était Cammy, il méritait au moins le minimum syndical de classe et de distinction. Cette... chose, qui avait visiblement subjugué la gent masculine, n'était pas du tout du tout à la hauteur, enfin. En plus, elle n'était tellement pas équilibrée qu'Ariana en était au point où elle se demandait vraiment comment cette espèce de créature des enfers réussissait seulement à tenir debout. Enfin bref. Là n'était pas la question. Ni même un sujet qui prêtait à questionnement. Ni même un sujet qui méritait plus de quelques microsecondes d'attention, en fait.

Non, parce qu'il y avait un sujet autrement plus important à traiter. Reyes. Affichant alors son masque de joueuse de poker le plus impénétrable, Ariana regretta un fois de plus d'avoir perdu à la loterie des mutations, et de ne pas être télépathe. Elle aurait payé terriblement cher pour savoir quelles pensées tourbillonnaient dans la tête de Cameron en ce moment-là (à part Miss Pare-Chocs, évidemment, ça, elle ne voulait pas savoir) pour déterminer, ce qui, par tous les dieux de l'Olympe, des panthéons romain et nordique, avait bien pu passer dans la petite caboche d'Allen. Non, mais sérieusement. Reyes et elle. Elle et Reyes. Pouah. C'était comme... mélanger de l'eau et de l'huile. Idiot. Et pas miscible. Elle n'arrivait même pas à saisir pourquoi quiconque aurait pu penser qu'elle puisse avoir un quelconque intérêt pour Blondinette - même si, à la tête de Cameron, ce n'était pas qu'un soupçon isolé. Ce qui était encore plus comique. Est-ce qu'on pouvait sérieusement lui reprocher de trouver toute la situation terriblement hilarante? Vraiment? Le fou rire était justifié. Surtout au regard de la tête de Cameron quand il lui demandait ce qu'il y avait de drôle. Absolument tout était drôle. "Tout ça n'a tellement aucun sens. C'est à mourir de rire. Non, mais si tu t'entendais. Reyes, Cameron. Reyes." Ce n'était rien de plus qu'une autre blague tordue de son ami. Lui et son humour douteux... Personne ne pouvait décemment croire que Reyes et elle... Argh. Ce qui n'empêchait pas Cameron, évidemment, en bon obstiné qu'il était, de s'accrocher à son os - c'est-à-dire de vouloir absolument perdre ses pouvoirs (et éventuellement mourir, aussi). Avec une moue mi-figue mi-raisin, elle haussa un sourcil - une façon comme une autre de donner à Cameron le sentiment qu'il avait gagné, alors qu'en réalité, il n'avait rien gagné du tout. C'était hors de question. Ce qui ne l'empêcha pas de décocher un regard incendiaire à son ami lorsqu'il sortit LA phrase à ne pas sortir - « Il paraît que quelqu’un dans l’école a le droit d’être touché sans qui ne lui arrive rien … » - aimable rappel du fait qu'elle ne pouvait rien contre Reyes. "Evidemment. Evidemment. Il faut que Môssieur ait gagné à la loterie génétique et soit le seul à pouvoir me toucher sans mourir, et, évidemment, c'est obligé que lui et moi on ait un truc. Evidemment. Tss. Je te jure, Cammy. En plus, argument irrecevable. Tu peux faire mieux."

_________________
running still
bang my head against the wall. though i feel light headed, now i know i will not fall. i will rise above it all. found what I was searching for © pathos
avatar
MESSAGES : 858
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Ven 20 Nov - 17:32

WE EXISTED WHEN WE TAKE RISKS
Ariana & Cameron


Oui je m’entends, et je trouve ça … Okay, il faut bien que je l’avoue, quand j’ai entendu cette rumeur, je n’y ai pas cru et je me suis juré de venir cuisiner moi-même Ariana pour avoir le fin mot de cette histoire. Je ne suis donc pas déçu. Même si réellement, il n‘y a rien de drôle d’après moi.  Je lève les mains en l’air en signe d’innocence, lâchant au passage mes couverts et prenant la parole d’un air grave en voyant l’air offusqué de mon amie. Même si le mot offusqué est peut-être légèrement amplifier pour la situation. « Oui, toi et Reyes. Je t’ai à l’œil ma petite ! » Dis-je d’un œil méfiant et le doigt accusateur. Je ne laisserai pas cela arriver, jamais ! Ariana mérite tellement mieux que ce mec, enfin, que ce truc, cet ignoble petit vantard à la pelouse blonde sur le toit de sa tête. Non, je ne peux pas être plus gentil, je fais le maximum, promis. « Méfies toi de lui, éloignes toi de lui, fais attention aux rumeurs. Bref … » Je marque un temps de pause en posant mes mains sur la table et faisant comprendre à mon amie que cette fois, je suis le plus sérieux du monde. « Méfies toi de lui, je suis sûr qu’il peut être dangereux. Pour toi surtout. Ne t’y attaches pas, il serait capable d’utiliser cette faiblesse pour te faire du mal. » Okay. Il se peut que j‘embellisse un peu les choses de manière négative. Mais ! Il y a une raison. Je ne l’aime pas. Je le déteste. Pour moi, il est inimaginable qu’elle puisse avoir un semblant de sympathie pour lui. Cela est impossible. Vraiment. Je le refuse. Mais est-ce que mon avis compte ? J’en doute.

Et le sujet Reyes ne disparait pas aussi facilement, même quand je change de sujet, que je tente une nouvelle fois de réaliser cette fameuse expérience, je le remets sur le tapis, espérant avoir un bon argument pour faire céder la Fairchild. « Tu pourrais en profiter, qui sait. » Je lui lance ce petit regard accusateur en penchant la tête sur le côté avant de reprendre la parole en souriant malicieusement. « Mais, pourquoi tu t’énerves autant quand on parle de lui, tu caches quelque chose, avoues ! » Cette fois, je rie. Espérant tout de même me tromper avec cette blague. Je sens que la rumeur est fausse et je me détends. Cherchant alors une idée pour qu’Ariana accepte enfin mon souhait de voir l’effet de son pouvoir. Cela m’intrigue. « J’ai un argument de taille ! » L’idée du siècle ! « Tu n’as jamais eu envie de voir ce que ça fait d’avoir une super force ? Tu pourrais casser tout ce que tu veux ! » Je tends ma main vers mon amie, paume vers le ciel, prêt à accuser le coup, prêt à subir le courroux de son pouvoir et surtout très curieux de voir l’effet que cela aura sur moi.


Emi Burton

_________________
La liberté des sentiments ne laisse pourtant pas une âme libre.
avatar
MESSAGES : 1396
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le Lun 21 Déc - 15:23


Le spectacle de Cameron qui lui interprétait (de manière très réaliste, avouons-le) son numéro de mamie utra-protectrice qui ne voulait pas qu'on touche à la prunelle de ses yeux (aka elle-même, et par "on", comprendre "Jackson Taylor Reyes, Barbie à Levram") pour la pervertir et insérer des gènes blonds dans sa descendance était à mourir, et acheva complètement Ariana, qui s'effondra de rire, sans plus savoir comment respirer (et qui donc se contentait de petits hoquets incontrôlables). Le "Je t'ai à l'oeil, ma petite" fut ce qui la perdit totalement. Même si l'apparent sérieux qu'afficha ensuite son ami la poussa à reprendre pied. Un peu. Méfies toi de lui, je suis sûr qu’il peut être dangereux. Pour toi surtout. Ne t’y attaches pas, il serait capable d’utiliser cette faiblesse pour te faire du mal. Elle appréciait la sollicitude de Cameron. Vraiment. Elle appréciait que quelqu'un se soucie assez d'elle pour la protéger de ce genre de peines de coeur. Elle n'avait jamais eu quiconque comme ça, avant. Aussi parce qu'elle et les peines de coeur, ça faisait au moins 42. Elle n'avait jamais envisagé de faire sa vie avec quiconque, voilà tout. Alors, de sa main non dénudée, elle tapota affectueusement le poignet de son ami, histoire de lui signifier qu'elle appréciait, malgré tout. "Ne t'inquiète pas pour moi, Cam. Je ne laisserais pas Reyes me blesser, d'accord?" Ce n'était pas une promesse difficile à faire, ou à tenir. Elle ne laisserait en effet jamais quiconque l'atteindre, et surtout pas Jackson - qui ne signifiait absolument rien à ses yeux. Bon, ce n'était pas tout à fait honnête; d'accord, il représentait la personne qui l'horripilait le plus au monde, et en étant une vraie sainte, elle pouvait admettre qu'il était... perturbant. Mais rien de plus. Ce qui, évidemment, la poussa à dégainer son rictus ironique n°39 à la remarque de Cameron: "Mais, pourquoi tu t’énerves autant quand on parle de lui, tu caches quelque chose, avoues ! " "Bon, bon d'accord, tu m'as eue. Lui et moi, on s'est mariés en secret, en petit comité. Je suis Mme Reyes, maintenant. Je vais probablement avoir une tripotée de rejetons blonds dans un an. Tu es trop perspicace, mon cher Cameron." Puis elle lui tira la langue, histoire de faire bonne mesure, et poignarda son chou à la crème avec sa petite cuillère (ne jamais sous-estimer le pouvoir destructeur d'une petite cuillère).

Evidemment, son ami n'avait pas abandonné l'idée qui le poursuivait depuis longtemps. Lui servir de cobaye. Elle ne voyait pas spécialement ce qu'il y avait d'attirant là-dedans. Si encore elle était Pare-Chocs, elle ne disait pas, mais recevoir la mort de sa main, ce n'était pas vraiment marrant. Mais l'ultime argument de ce cher Allen la fit lever les yeux au ciel, avec un vague sourire. "Tu n’as jamais eu envie de voir ce que ça fait d’avoir une super force ? Tu pourrais casser tout ce que tu veux !" Tentant. Mais inexact. "Autant j'aurais adoré casser la tête de Reyes sur la tienne, autant, c'est impossible, très cher. Je te prive momentanément de tes pouvoirs. Ce qui ne signifie pas que je les ai pour autant. Dommage." Puis elle contempla la main tendue dans sa direction, une des rares mains qui se soit jamais tendue vers elle, et lâcha un soupir vaincu. "Très bien. Mais pas ici."

_________________
running still
bang my head against the wall. though i feel light headed, now i know i will not fall. i will rise above it all. found what I was searching for © pathos
Contenu sponsorisé
Re: We existed when we take risks [PV. Ariana] écrit le

We existed when we take risks [PV. Ariana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MAC VIVAGLAM ARIANA GRANDE 2
» [Papeete] PAPEETE - LES BARS DURANT VOS CAMPAGNES - TOME 2
» welcome & bienvenue + tout le monde
» Amis, oui, amour, non et les emmerdes m'en parle pas ! - Ariana Foster
» good news • ariana

Reckless and Brave :: 
Levram School
 :: rez-de-chaussée :: réfectoire
-