AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
MESSAGES : 20
❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 0:02


Sharon Louis Beauchamp-Simons
ELEVE MUTANT  FT. HOLLAND RODEN


bornée, inconsciente, possessive
fonceuse, douce, courageuse
 sérieuse, joueuse, déterminée

  Sharon semble être aux premiers abords le genre de femme qui ne vit qu'à travers son apparence. Le genre de femme qui n'a rien dans la caboche. Détrompez-vous, notre petite rousse se trouve être une surdouée. Sans compter son QI élevé, cette rousse excelle dans chaque langue qu'elle entretien d'apprendre. Polyglotte en herbe la petite.  Elle a un frère, âgé de 4 ans de plus qu'elle. Qui, comparé à elle est brun à la peau matte. Oui, on ne dirait pas du tout qu'ils sont frères et soeur. Mais c'est un atout dont ils ont déjà joué tous les deux. Ses parents sont parties l'un après l'autre, l'abandonnant avec son frère. Les laissant à la rue.  Elle a cette manie de se mordre la lèvre quand elle est stressée ou gênée. Ou bien de passer sa main dans ses cheveux. Elle possède un tatouage le long de sa colonne vertébrale. Elle ne vous dira pas ça signification et ne chercher pas à le connaître.  C'est une excellente chanteuse, guitariste et pianiste. Elle est très douée au tir à l'arc. C'est son frère qui lui a appris lorsqu'elle était plus jeune et qu'elle avait ses deux parents. La framboise et la tarte au citron sont ses pêchés mignon. Elle a une peur panique des araignées. Si vous l'entendez crier, ne chercher plus à comprendre pourquoi. C'est qu'une araignée aura croisé son chemin.  C'est une folle de sport. Tirc à l'arc, course, boxe, gymnastique, équitation. Elle aime faire de tout. C'est une très mauvaise cuisinière. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayer, à plusieurs reprises. Mais cela est presque peine perdue. Cependant, elle sait parfaitement réussir un plat de pâtes carbonara.  
     
 
Surnom(s): Shasha.
Age: 24 années.
Date et lieu de naissance: 26 juin 1997 à Seattle.
Nationalité: J'ai la nationalité Américaine. J'ai toujours vécu en Amérique. Je n'ai d'ailleurs jamais quitté ce pays..
Origines: J'ai des origines Américaine de mon père et Irlandaise et Française, du côté de ma mère.
Statut civil: célibataire et n'a jamais vraiment connu l'amour. Je préfère un bon bouquin le soir dans mon lit à un homme prenant toute la place.
Orientation sexuelle: hétéro. Du moins, j'imagine.
Etudes: Sciences (Biologie, Physique, Chimie, Svt, Maths)
Sport
Pouvoir/Particularité: TECHNOPATHIE › Sharon peu contrôlé et manipuler chaque appareil électronique ( en état de fonctionnement ou non ). C'est comme un doux murmure à ses oreilles. Cela peut aller du simple allumage d'une lampe au piratage entier de serveur protégé. Du moins, pour le moment, elle ne saurait encore pirater les serveurs du SHIELD. Mais les alarmes incendie ou bien de sécurité ne font pas long feu face à elle.
Mais chaque pouvoir à un prix a payé. un prix invisible à l'oeil nu. C'est un ressentis, une douloureuse sensation. Vous avez déjà eu l'impression de sentir votre tête coincée dans un étau ? Vous savez, ce mal de crâne tellement profond et puissant, que même enchaîner doliprane sur doliprane, repos sur repos... ne changeait rien. Et bien, si déjà imaginer cette souffrance est trop dur pour vous. N'imaginer jamais la douleur que sharon peu ressentir lorsqu'elle pousse son pouvoir trop fort car, tout le monde le sait, on obtient rien sans rien donner en retour. Elle est donc pour cela sujette aux mots de tête et aux saignements de nez quand elle va trop loin. Le malaise n'étant par moment pas très loin.
Niveau: Niveau 3.
Groupe: CUNNING FOXES.
Nom de super-héros:
Code:
<pris> red hood </pris> sharon l. b-simons
Avatar:
Code:
<pris> holland roden </pris> sharon l. b-simons
Crédits: drizzlerps.

one day baby we'll be old


Rues de Seattle – Hiver 2007

- Dépêche-toi ! Il nous rattrape !
- Je fais ce que je peux putain ! Ce n'est pas toi qui portes la caisse bordel ! Grognait-il en essayant de ne pas perdre cette boite de nourriture qu'il tenait dans ses bras.

La jeune femme quant à elle, retirait les quelques mèches rousses qui se glissaient devant son visage durant la course. Elle arpentait les rues étroites de Seattle aussi vite qu'elle le pouvait dans ce grand froid. Le vent lui claquait le visage si fort et d'une façon si rude, que ses joues en étaient toutes roses. Chaque inspiration qu'elle prenait, se transformait en une multitude de lames rasoir qui semblait lui lacéré la gorge et les poumons. Mais ceci était le prix à payer pour pouvoir manger et, ainsi, survivre à nouveau à cet hiver.
Heureusement pour eux, la rousse apercevait le bout du chemin. Une petite grille en ferraille assez haute qu'ils avaient l'habitude d'escalader pour retrouver leur petit coin de chaleur. Enfin, seul son frère avait la capacité de grimper au-dessus, la rousse, elle, n'était pas encore assez grande pour cela. Elle avait donc pris soin de dégager quelques mottes de terre au-dessous du grillage afin de pouvoir s'y glisser. Son corps était si maigre et sa taille si petite, qu'elle n'avait aucun mal à traverser par le dessous. Cependant, une difficulté supplémentaire s'y était ajouté aujourd'hui : de la neige. Un immense tas de neige avait bouché le passage, SON passage.

- Oh non. Non. Non ! Sanglotait-elle d'une petite voix faiblarde tandis qu'à main nue, elle retirait toutes cette neige qui encombrait son passage.

Elle poussait de l'autre côté de la grille après avoir creusé quelques secondes pour y glisser au moins le haut de son corps. Mais si seulement la neige avait été le seul problème. Non, sa capuche venait de se prendre dans un bout de fer, l'étouffant presque. Elle commençait à paniquer, tirant sur ce blouson qui lui coupait la respiration. Mais plus elle tirait, plus elle sentait la fermeture éclair s'enfoncer dans sa peau. C'est cependant, dans un dernier geste, qu'elle réussit à se libérer. Malheureusement, elle était obligée de laisser son manteau chaud ici… Elle se tournait, préférant passer sur le dos afin d'avoir un meilleur appuie sur ses pieds. Le carton tombait près d'elle, son frère venait tout juste de passer la grille. Mince, elle entendait les bruits de pas incessant de l'homme qui les poursuivait. « Aide-moi ! » lançait-elle a son frère en levant les bras vers elle. Sans hésiter, il l'avait alors attrapé par les poignets, la tirait de toutes les forces qui lui restaient… Malheureusement, un autre avait eu la même idée. La voilà coincée entre deux, le grillage lui griffant le ventre… Elle se débattait, remuait les jambes. Jusqu'à ce que…



Seattle – Fin juin 2011

La sonnerie retentissait subitement dans ses oreilles, la tirant violemment de son rêve. La fin des cours était déjà là. Elle attrapait son sac après y avoir rangé ses cahiers et sa petite trousse noire. Quittant alors de la petite salle de classe, elle se dirigeait à la hâte en direction de la sortie de sa petite école. Mais, comparé aux autres enfants qui sautaient dans les bras de leur jeune parent, elle, tout ce qui l'attendait, c'était une place vide parmi les élèves. Un petit soupire s'échappait alors des lèvres de la petite fille et les larmes lui montaient très rapidement aux yeux… Elle se sentait seule, elle était seule. Seule avec son frère, seule avec la vie. Comment la vie pouvait être aussi dure envers les personnes ? S'il y avait un dieu quelques parts au-dessus de nous, s'il nous avait faits sur terre, nous avait dotés de sens et d'une conscience. Pourquoi certains d’entre nous devait en chier plus que d'autres ? Pourquoi elle ? Pourquoi eux ? Pourquoi pas un autre ? La petite rousse sentait une pointe d’égoïsme refaire surface dans son Coeur, mais, l'arrivé de son grand frère balayait cette pointe d'un revers de la main. Il l'attrapait dans ses bras, la glissant au chaud contre son corps. Ses bras, sa chaleur, c'était bien le seul réconfort qui parvenait à calmer et apaiser la petite fille encore bien fragile.

✻✻✻

- Tu as passé une bonne journée petite soeur ? S'interrogeait alors son frère à propos de la petite rousse.

S'installant sur le vieux canapé du petit salon, la jeune femme baissait son regard sur ses pieds qu'elle remuait devant elle. Comment pouvait-elle lui dire qu'elle avait eu le malheur de s'endormir en cours ? Sans compter ce rêve qu'elle avait encore une fois fait. Il avait beau faire partie d'un passé vieux de maintenant presque quatre ans, chaque fois qu'elle fermait les paupières, ses images lui revenaient en tête. L'une de ses mains venait alors effleurer son abdomen, une grimace déformant son faciès sous la petite douleur qui lui agrippait la peau à nouveau. Cependant, la voix grave de son frère lui retirait subitement tout mal, aussi bien physiquement que mentalement. Un faible sourire prenait maintenant place sur les lèvres charnues de la petite fille qui se hissait hors du divan afin d'approcher son cher grand frère. Dans un geste, elle l'enveloppait une fois de plus de ses bras, soufflant un simple « oui » d'une voix fatiguée. Il passait un bras autour de la rouquine, brassant les pâtes de sa main libre.

- Carbo ce soir, tu dois être contente, pour ton dernier jour de classe. Non ?
- CARBO ? Répétait-elle, les yeux grand ouvert.

Son visage s'illuminait, un immense sourire cassant l'expression de tristesse qui s'était immiscée sur son faciès. Cette joie, elle l'exprimait en serrant plus fermement son frère dans le creux de ses bras. Déposant un baiser sur l'épaule de celui-ci qu'elle lâchait ensuite pour courir mettre la table. Elle attrapait deux assiettes et les couverts qui allaient avec, les disposant sur la petite table basse devant le canapé. Quelques serviettes en papier, deux gobelets et le plat de carbonara qui arrivait sous son nez. L'odeur agréable de la viande mélangée à la crème fraîche et aux pâtes qui se glissait dans ses narines, lui donnait l'eau à la bouche. Elle savait d'avance qu'elle allait passer une agréable soirée en compagnie de son frère, glisser dans les couvertures, son assiette de pâte à la main.


Seattle – Noël 2012

La période de Noël avait approché à grand pas cette année. Même la jeune femme qui redoutait tant ce moment de façon générale depuis que ses deux parents n'étaient plus là, était pour une fois heureuse de pouvoir le fêter. En même temps, ce Noël ci ne serait pas comme tous les autres, non. Cette fois, Sharon savait qu'elle ne le passerait pas seule avec son frère, dans un endroit froid avec, pour seul repas, une petite soupe et un bol de riz. Elle allait pouvoir enfin goûter aux plaisirs de manger en « famille ». Bien sûr, avec l'argent qu'elle et son frère avaient réussi à gagner, en travaillant durement, avait en parti servi à l'achat d'un cadeau pour toute la famille. L'une des dernières consoles à la mode : la Wii U. Bien sûre, ils avaient fait attention à ce qu'ils ne l'aient pas déjà. Heureusement pour eux, ce n'était pas le cas. Et puis, la Wii, comme la Wii U étaient des consoles plutôt familiales avec leurs jeux comme Mario Kart ou Just Dance.

Ayant pris soin d'emballer le cadeau dans un joli paquet surmonté d'un ruban, les deux adolescents prirent le chemin de la maison des Braeden, le cœur emplis de joie. La route fut un peu longue, mais, l'arrivée et l'accueil des parents retirèrent tout mal qui commençait à envahir les jambes et les pieds des deux jeunes gens. Bien entendu, les adultes furent surpris de remarquer l'énorme paquet que le frère de Sharon tenait dans les bras et l'en débarrassèrent bien vite, histoire qu'il ne soit plus encombré. Retirant tout manteau de leurs épaules, ils déposaient leur vêtement contre le portemanteau avant de s'avancer dans la salle à manger, découvrant alors la magnifique table dressée. Mon dieu, cela sentait si bon que la jeune femme avait du mal à contenir les bruits que son estomac avait commencé à produire. Posant une main sur son ventre, les joues un peu rouges, elle s'excusait pour le bruit de gargouillement qui s'échappait de sous sa main. La mère en rit un peu, la rassurant de ne pas s'excuser pour si peu. Ils prirent alors tous place à table, se souhaitèrent bon appétit et se mirent à se servir et manger.

✻✻✻

Après un excellent repas pris en « famille », tout le monde s'était alors diriger vers cette immense masse verte décorée de mille et une couleurs. Elle s'asseyait tranquillement sur le canapé, alors qu'elle remarquait le père de Lloyd tendre un paquet à son frère, la mère de celui-ci fit de même avec elle. Elle clignait un peu des yeux, quelque peu surprise de ce paquet que la jeune maman lui tendait. C'est donc avec une certaine timidité que la jeune femme saisissait le paquet. D'un petit signe de tête, suivit de quelques mots, la jeune femme remerciait une première fois la maman. Et, avec une grande délicatesse, Sharon entreprenait de défaire le papier cadeau afin de découvrir le présent. Un objet a laquel elle ne s'attendait pas. Mais, quand celui-ci fut découvert, le visage de la rousse s'éclaira subitement d'un immense et tendre sourire. Elle soulevait le petit pendentif, laissant ainsi pendre la médaille en forme de flocon de neige au bout.

- Il est magnifique… S'émerveillait-elle alors en le contemplant du regard.
- Tu veux que je te le met ? Demandait alors chaleureusement la maman.
- Oh oui ! Oui ! S'il vous plaît ! S'impatientait alors la jeune femme.

Elle tendait le dit collier à la mère, attrapant sa masse de cheveux roux afin de les soulever, facilitant alors l'accès à son cou. Une fois mis, Sharon ne pouvait s’empêcher de prendre – dans un geste non calculé – la mère dans ses bras. Une étreinte d'à peine, quelques secondes avant qu'elle s'en détache et la remercie gracieusement, lui offrant alors son plus magnifique sourire. Oui, malgré tout ça… malgré qu'elle ne soit pas sa fille, la femme avait pris le temps de lui prendre un petit quelque chose, c'était un geste qu'elle n'oublierait pas de si tôt.


Seattle - Fin novembre 2013

Il était à peine 10 heures du matin, la jeune Sharon avait pris place derrière la caisse encore une fois. Elle s'occupait des clients avec son large sourire d'enfant, comme toujours. Il y avait d'ailleurs une phrase qui disait « Souris, même si tu es triste. On ne sait jamais qui pourrait tomber amoureuse de ton sourire. ». Et ce matin, cette phrase c'était avéré en quelques sortes véridique.
Un homme venait d'entrer dans la boulangerie et, immédiatement, il avait arrêté son regard sur la jeune femme derrière le comptoir. Il l'observait, se penchant parfois sur un côté et un autre afin de la suivre du regard. Quand, enfin, son tour arrivait, il se retrouvait face à la jolie rousse, un sourire rayonnant dessiner sur les lèvres de la jeune femme.

- Bonjour ! Que désirez-vous ? Demandait alors Sharon d'un ton polie et agréable.
- Vous. Répondit alors simplement l'homme.

Les prunelles vertes de la jeune femme s'ouvrirent en grand face aux mots de l'homme. Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Il était directe en tout cas ! Un peu pris de court, la rousse se mettait à bégayer légèrement en lui répondant. « Je… je ne suis pas sûre d'avoir compris vôtre demande. Pourriez vous répéter ? » Les joues de la jeune femme se teintait peu à peu d'un rouge écarlate quand l'homme se penchait vers elle. Il souri, sans doute amusé de la voir réagir de cette façon puis demanda alors une tartelette à la framboise et, une autre au citron. S'empressant d'aller chercher cela, la demoiselle se stoppait dans ses mouvements quand il lui quémanda de laisser son numéro avec la commande. Ne sachant quoi répondre, elle n'eu pas vraiment le temps d'y réfléchir que Lloyd pris la parole, dans un ton plutôt froid, presque mauvais, il lui demandait de bien vouloir rester a sa place. Un ton sec qui venait à surprendre la jeune femme et fit alors monter le dragueur sur ses grands chevaux.

- Lloyd, laisse ça, s'il te plait… Suppliait-elle presque la rousse en lui attrapant le bras.
- Si je ne le fais pas moi même, tu te serais laisser faire comme une idiote, Sharon. Grognait presque Lloyd, retirant d'un geste vif son bras de la poigne de la rousse.

Appelant l'un de ses parents, il ne se privait pas pour a son tour attraper la jeune femme par le bras, la tirant à l'arrière de la boutique dans un geste déterminé. A ce moment-ci, Sharon comprenait que les choses n'allaient pas et, qu'elles n'allaient pas aller en s'arrangeant. Le garçon face à elle osait hausser le ton. Et là, là… La jeune femme encaissait difficilement ses mots, non. Décidément, il en avait trop fait, elle en avait trop bouffé jusque là. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était qu'il l'a respecte et qu'il arrête de lui faire tout ses coups en douce. Il lui avait promis et…

- Comment peux-tu me dire ça ? De la part d'un garçon sans honneur et sans parole, tu es bien culotté. Dis le, vas y. Assume et dit les mots ! Tu me prends franchement pour une fille facile ? Pense le si tu veux. En fait, pense ce que tu veux. A partir de maintenant, je te demande de ne plus m'adresser la parole, de ne plus te mêler de ma vie. Non, je ne veux plus avoir à faire à toi, dans n'importe qu'elle circonstance. Tu m'avais promis que tu arrêterais de m'en faire baver et malgré tout, tu as continué ! Mais qu'est-ce que je t'ai fais Lloyd ?! Je… Je pensais qu'on pouvait au moins être amis. Mais c'est plus possible. Je ne veux plus te voir. JE TE DÉTESTE LLOYD ! JE TE HAIS ! Finissait-elle par hurlé, les larmes roulant sur ses joues.

Sans même laisser le temps au jeune homme d'en placer une, elle jetait le tablier qu'elle portait et s'enfuyait par la petite ruelle du magasin. Elle s'excusait intérieurement de laisser les parents du garçon ainsi… Mais, il avait suffit d'un grain de sable pour que subitement tout déraille entre eux. La goutte d'eau qui venait de faire déborder le vase.

New-York – Février 2014

Le temps était bien maussade en ce jour de St-Valentin. Pas un brin de soleil pour éclairer la journée de la petite rousse qui venait de quitter sa ville qu'est Seattle. Welcome New-York ! Oui, c'était la destination que l'ainé de la petite famille avait choisie pour commencer une nouvelle vie. Loin des rues froides de son ancienne ville, loin de Lloyd, loin de tout ce qui faisait auparavant sa vie.

- Tu te sens prête à porter les cartons une fois arrivés ? Demandait alors son frère au volant.
- Nous avons à peine 5 cartons. Aucun d'eux n'est entièrement rempli. La réponse me semble donc évidente. Non ? Lâchait alors la petite rousse d'un ton détaché.

L'homme tournait le regard en direction de la jeune Sharon qui se trouvait accoudé contre la portière de la vieille voiture. Elle était dans ses pensées, occupées à rêver d'une vie meilleure. Un soupir s'échappait alors de ses lèvres alors qu'elle se rendait difficilement compte que sa vie n'allait pas forcément être meilleure dans la ville qu'on nommait « La grosse pomme ». Non, non. Décidément, il fallait qu'elle cesse de penser si mal. Elle n'était même pas arrivée dans le nouvel appartement qu'elle regardait déjà la ville d'un œil sombre. Nouvelle vie, nouveaux souvenirs. Tout était nouveau pour elle ici et, il fallait qu'elle fasse ressortir le bon côté de cette ville lumière.

Cependant, en observant d'un peu plus près l'endroit dans lequel son frère la menait, lui fit perdre tout sourire et tout espoir. Les trottoirs étaient couverts de crasse. Les immeubles ? Certains étaient tagué de sigle étrange ou tout simplement peinturlurer de scène virant à l'obscène. Un bruit sourd se laissait entendre même au loin. Un coup de feu ? Non. Il n'aurait pas risqué la vie de sa petite sœur dans un endroit aussi sinistre que celui-ci.

- Rassure moi, nous n'allons pas vivre ici ?
- Non, nous devons simplement traverser cet endroit pour se rendre à l'appartement. C'est le chemin le plus court.
- Oui, et bien, prend le plus long la prochaine fois. Cette rue fait froid dans le dos…

Un soupir de soulagement, c'était cependant fais entendre de la part de la jeune rousse. Heureusement, cet endroit n'allait être qu'un mauvais souvenir pour elle. Et c'était très peu dire. Quand la voiture se stoppait enfin, la curiosité de la rousse prenait le dessus sur tout le reste. Elle collait le bout de son nez contre la vitre, son regard croisant alors la devanture d'un magnifique petit restaurant qui, semblait aussi faire bar en fin de soirée. Au vu des enfants qui accompagnait leurs parents, ceci ne pouvait être qu'un bistro familial. Tellement absorbée par la vue, Sharon ne remarquait pas son frère s'approcher de la porte pour l'ouvrir. Heureusement pour elle, le garçon avait de bons réflexes et rattrapait sa petite sœur de justesse, l'empêchant ainsi de se prendre le trottoir de plein fouet.

- Cesse de mettre de la buée sur mes vitres et aide moi à décharger la voiture.
- Nous sommes arrivés ?
- Oui, c'est l'appartement au-dessus du restaurant, le gérant accepte de nous le louer. En échange, je travaillerais pour lui. Il a même dit que tu pourrais aider.

Le garçon se tournait vers la rousse et lui montrait d'un signe de tête, la petite boule qui dépasse de sa poche droite. Sans même demandé, ce qui s'y trouvait, la jeune femme attrapait les clés et sortait précipitamment de la voiture. Rentrant presque en trombe dans le restaurant, elle s'arrêtait nette devant un homme d'un certain âge, celui qui tenait cette auberge. Tout le monde autour d'elle avait les yeux rivés sur sa manière de sautiller sur place. L'excitation à l'idée de découvrir l'appartement était de rigueur. Et, remarquant l'impatience de la jeune fille, l'homme l'emmenait au derrière de l'endroit pour lui ouvrir une porte menant sur un escalier.

- Merci monsieur ! S'écriait-elle presque, en joie.

Ni une, ni deux, elle grimpait les marches une par une, jusqu'à arriver devant une petite porte ancienne. Saisissant la poignée à pleine main, l'autre se contentait d'entrer la clé et la tourné. Une fois cette fameuse porte déverrouillée, elle entrait dans un bond, les yeux grands ouverts. Un canapé quasiment neuf se trouvait dans le petit salon près de la salle à manger/cuisine. Elle se laissait tomber dessus, attrapant la télécommande qui se trouvait sur la table et POUF. La télé se mettait à crier sur une bande de personnes massacrant des zombies.

- Mais oh ! Tu pourrais au moins venir m'aider non ? Grognait alors son frère en entrant dans l'appartement, les bras chargés de trois cartons.

Immédiatement, la jeune femme éteignait la télé et s'empressait d'aller aider son pauvre frère qui semblait se taper tout le déchargement. Elle attrapait deux des trois cartons qu'il tenait afin de les poser sur la table à manger. Elle prévenait alors celui-ci qu'elle allait descendre pour chercher le reste des affaires.

✻✻✻

Le soir était maintenant venu. Son frère dormait dans la plus grande des deux chambres de l'appartement. Il devait être minuit passé, le restaurant était fermé, mais, un murmure se glissait aux oreilles de la petite rousse. Les battements de son coeur s'accélérait alors, tandis qu'elle tentait de se glisser un peu plus sous la couverture. Quelqu'un était entrée ? Un fantôme hantait peut-être l'appartement ! Non. La jeune femme ne croyait pas au fantôme. Mais la peur lui laissait voir des ombres passer devant sa porte… Elle commençait à paniquer, les larmes lui montaient aux yeux. Elle aurait tellement souhaité que les lumières prennent à ce moment vie et s'allument. Et, étrangement, c'est ce que la lampe fit. Une lumière agressait les yeux de la pauvre Sharon qui se reculait machinalement de l'autre côté du lit. Elle fronçait les sourcils, la peur laissait maintenant place à l'angoisse. L'angoisse qu'elle ne soit pas seule dans la chambre. Précipitamment, elle se tirait du lit, galopant jusqu'au salon, baigné dans les ténèbres de la nuit. Seule la lumière faible de la lune éclairait l'endroit. Mais rien ne faisait taire ses chuchotements. D'un coup brusque, elle se tournait en direction de la télé en ayant cru entendre une autre voix. Mais rien, rien ne se trouvait sous ses yeux. Doucement, elle s'approchait de cet écran, l'effleurant du bout de ses doigts. Il ne fallut alors qu'un contact pour que l'appareil prenne vie et s'allume. Immédiatement, la rousse fut prise d'un mouvement de recul, posant fesses sur le canapé. L'incompréhension envahissait le cerveau de la jeune femme tandis qu'au même instant, les chaînes de télé commençaient à sauter, se brouillant par instant. Qu'est-ce qui se passait ?


New-York – Début décembre 2017

Les soirées chics n'avaient jamais été vraiment le fort de Sharon, elle détestait même cela. Cependant, quand un riche homme d'affaires se vantait de détruire des foyers pour s'en abris afin d'installer ses affreuses usines polluantes, le frère et la sœur appréciait d'un coup un peu plus ce type de soirée mondaine.

Mais, pour ce soir, pas question de se montrer sous son véritable jour. Obligatoirement, la perruque, les lentilles et le maquillage étaient de rigueur, autant pour le frère que pour la sœur. Malheureusement obligé de couper une partie de ses longs cheveux roux, la jeune femme enfilait la perruque brune, un carré accompagné d'une frange. Lentilles marron, rouge à lèvre sobre et longue robe noire était de sortie. Son frère lui, devenait blond, les cheveux plaqués en arrière et le corps serré dans un costume bicolore.

- Tu es prêt ? Demandait alors la sœur.
- Bien sûr, mais ce soir, c'est la dernière fois.
- Tu sais aussi bien que moi que cela ne sera pas la dernière fois, on a déjà dit cela il y a deux missions de ça.
- Missions ?
- Comment veux-tu que l'on appelle cela… ?
- Du vol ?

Un rire s'échappait des lèvres de la jeune femme avait qu'elle ne hoche doucement la tête. N'ayant malheureusement pas de belles voitures à disposition, la marche était de rigueur. Enfin non, le taxi plutôt. Mais hors de question d'être déposé devant l'entrée dans cette caisse. Attrapant son petit sac, la jeune femme sortait du petit appartement en compagnie de son frère pour se rendre dans le taxi. Le jeune homme donnait alors l'adresse, s'installant par la suite un peu mieux dans son siège. Jetant un coup d'œil à sa sœur, il demandait d'une voix douce « Pas trop peur d'échouer ? ». Sharon en levait presque les yeux au ciel face à la question dont, la réponse était pourtant évidente, vu le nombre de fois où ils avaient faire cela ses dernières années. Une fois arrivé près de la demeure, située non loin des grands quartiers de Manhattan, son frère payait le taxi en liquide puis sortait en compagnie de sa sœur.

✻✻✻

Avec assez de concentration, Sharon venait de plonger l'intégralité des salles de la maison dans le noir. Un léger mouvement de panique se fit subitement sentir alors qu'un des gardes descendait voir le générateur de secours. La rousse, quant à elle, était montée à l'étage alors que son frère avait emprunté la porte de derrière, la voiture garée dans la ruelle derrière, il avait lancé deux gros sacs à la rousse qui s'amusait à craquer la combinaison du coffre-fort électronique. Plus ils étaient riches, plus ils souhaitaient du perfectionné. Ils avaient tort de faire et de penser cela, surtout avec Sharon dans les parages.
Une fois le coffre ouvert, des liasses de dollars apparaissaient sous les yeux de la belle, elle prenait des gants et attrapait une à une les liasses, remplissant le premier des deux sacs qu'elle balançait par la fenêtre à son frère. Malheureusement, un bruit de pas se laissait entendre dans les escaliers, attrapant encore quelques liasses, elle virait le sac par la fenêtre et refermait le coffre, le verrouillant à nouveau. Elle retirait sa robe, la jetant aussi par la vitre avant de passer son corps, prenant soin de refermer cette fenêtre derrière elle. Coller contre l'une des gouttières, elle était accrochée dans le vide… Attendant que les lumières des lampes ne soit plus visible dans la pièce pour descendre le long du mur et rejoindre ainsi son frère.


New-York – Début août 2021

Deux coups venaient de frapper à la porte de l'appartement, mais, pour le moment, personne n'ouvrait. Le frère était bien trop occupé à emporter sa pauvre sœur dans son lit. La pauvre, saignant du nez et presque inconsciente après le surplus d'énergie qu'elle avait donné ses dernières semaines. Mais surtout, aujourd'hui, en essayant de réparer cette foutue télé, sans le moindre outil. Elle pensait pouvoir communiquer assez avec la technologie pour faire ce genre de connerie. Cependant, les coups à la porte se répétèrent une seconde puis une troisième fois. Agacé par le fait que la personne derrière la porte insistait, le jeune homme levait ses genoux du sol et s'empressait d'aller ouvrir cette porte dans un geste brusque. Grognant presque un « QUOI ? » agressif, il fixait avec énervement les 4 hommes qui se trouvaient face à lui.

- Bonjour. Nous aimerions vous parler. À vous et, a votre sœur.
- Ma sœur n'est pas en état de vous recevoir.
- Pouvons-nous repasser plus ta-…

Mais l'un des garçons habillés à la cool s'approchait un peu du frère et le poussait sur le côté, entrant dans l'appartement comme si de rien était. Il fronçait les sourcils puis tournait son regard en direction du frère. « Vous devriez laisser mon ami soigner votre sœur. Il en est capable. Et surtout, les hommes qui se trouvent ici saurait parfaitement l'aider à trouver un endroit qui lui permettrait de ne plus refaire la même erreur. »
Ne sachant comment réagir au départ, le frère de Sharon réfléchis à peine quelques secondes avant de se pousser, expliquant dans une simple phrase qu'il acceptait pour cette fois de bien vouloir écouter et voir ce qu'ils pouvaient bien faire. Les laissant entrer, il fermait la porte puis conduisait les hommes à la chambre, bien que méfiant. Mais il tenait a sa sœur. Et s'il y avait un quelconque moyen pour ne plus qu'elle souffre à ce moment-ci, il saisirait l'occasion.

- Nous aimerions vous avoir dans notre école. Vous, comme votre sœur. Nous sommes ici pour aider les personnes telles que vous. Et nous pourrions l'aider à ne plus avoir ce genre de problème. Nous vous suivons depuis un moment, observant les progrès que vous avez pu faire.
- Nous n'avons pas les moyens.
- Vos frais seront couvert, vous n'aurez rien à débourser.

Alors que son frère ne disait pas un mot, la rousse se mit alors à remuer à peine. Son pauvre nez ne saignait plus et, le mal de tête qui jusque-là lui martelait le crâne n'était plus. Dans un faible geste, elle tendait la main vers l'ombre de son frère qu'elle distinguait à peine, encore affaiblie par ce qu'il venait de se passer juste avant. L'ainé de la famille lui attrapait la main et, en la regardant, n'hésita plus une seconde pour accepter l'offre folle que lui faisaient ses quatre hommes, debout dans cet appartement qui n'allait bientôt plus être le leur.


Je m'appelle Linda mais sur le net on m'appelle sirens. J'ai eu 20 ans cette année ( et oui, la vieillesse ... ). Je vis au pays des licornes en compagnie de mes amies les bisounours. J'ai Sharon depuis maintenant plus de 2 ans et demi. ( ouais, elle aussi est vieille siffle ). Et j'ai voulu la reprendre sur RAB après presque 6 mois sans la jouer  heh Le forum est    et je suis impatiente de RP avec vous  excited    

avatar
MESSAGES : 39
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 0:08

Coucou belle Roden crazy love

Bienvenuuuuuuuue ♥

Réserve moi un lien

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
I am the one that runs both from the living and the dead. Hunted by scavengers, haunted by those I could not protect. So I exist in this wasteland, reduced to one instinct: survive.
avatar
MESSAGES : 20
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 0:26

Merci à toi Noah
Et pour le lien, c'est avec plaisir cutie

_________________
    Love me like you do ◇ I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for. ©endlesslove
avatar
MESSAGES : 2042
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 0:39

Le titre + Roden excited Elle est tellement belle :fall: Super choix donc bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche ! hâte de découvrir ton perso et si tu as des questions, n'hésite pas hug

_________________

 - The feelings got lost in my lungs
and I burst into flames -
avatar
MESSAGES : 858
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 12:34

Ce personnage semble bien intéressant (surtout pour Cameron qui bave déjà What a Face) Bienvenue chez nous ! cutie

_________________
La liberté des sentiments ne laisse pourtant pas une âme libre.
avatar
MESSAGES : 20
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 14:30

jackson : Merci monsieur Jack
Il nous faudra un lien siffle Surtout si tu fais bobo à bébé Skye

cameron : Merci Cameron ! ( bon dieu, les yeux de ton vava bave *pas que les yeux heh * )

_________________
    Love me like you do ◇ I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for. ©endlesslove
avatar
MESSAGES : 126
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 18:46

Copine qui aime les mains nues habiles siffle hide

Finis cette fiche !

_________________

The show must go on

My inner demon, he is screamin' at me, "Take her now! This is your only chance, won't get another, don't let me down.
© signature by anaëlle.


avatar
MESSAGES : 245
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Dim 1 Nov - 19:39

SHARONAMOUR excited
J'aime tellement ton perso, elle envoie du pâté ! excited
Bienvenue et courage avec ta fiche ma belle hug

_________________

Howling ghosts, they reappear in mountains that are stacked with fear. But you're a king and I'm a lionheart. And in the sea that's painted black, creatures lurk below the deck. And as the world comes to an end, I'll be here to hold your hand.
You're my King and I'm your Lionheart.
 
avatar
MESSAGES : 20
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Lun 2 Nov - 1:28

+ frankie : Oui oui je me dépêche !
Mais c'est long d'écrire l'histoire hein

+ gabriel : Gabriellouuuuuuuu excited
MEEEEERCI crazy love cutie
Je suis tellement impatiente de finir pour pouvoir venir te demander un lien qui tue siffle

_________________
    Love me like you do ◇ I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for. ©endlesslove
avatar
MESSAGES : 1396
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Lun 2 Nov - 10:07

TOI. Ce titre. Cet avatar. Ce pouvoir. Ce prénom. Cunning Foxes. TOUT.
J'adooooooooooooooore
Réserve moi un lien
Je te l'ai déjà dit, mais je le répète (parce que j'aime ça ): BIENVENUUUUUUUUE crazy love

_________________
running still
bang my head against the wall. though i feel light headed, now i know i will not fall. i will rise above it all. found what I was searching for © pathos
avatar
MESSAGES : 20
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Lun 2 Nov - 20:22

+ ariana : Shay Mitchell. Comment dire non à pareil beauté ? C'est avec plaisir que je te réserve un lien
ET MERCI cutie

_________________
    Love me like you do ◇ I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for. ©endlesslove
avatar
MESSAGES : 39
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Lun 2 Nov - 22:49

Viiite viiiite je veux faire des bébés, tous pleins de bébés !!!! cutie

_________________
"What does the Fox say ?"

Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde.  ♛ by endlesslove.
avatar
Invité
Invité
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Mar 3 Nov - 19:04

Bienvenue par ici sexygirl, courage pour ta fichette. cutie
avatar
MESSAGES : 20
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Jeu 5 Nov - 2:58

+ lloyd : ON VA POUVOIR RP TOI ET MOI ! Et faire pleins de bébés cutie
+ ethan : Merci à toi beau Ethan

_________________
    Love me like you do ◇ I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for. ©endlesslove
avatar
MESSAGES : 2042
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le Jeu 5 Nov - 10:35

excited Tout est parfait, je n'ai rien à redire cutie J'ai vraiment adoré lire ta fiche, l'histoire de Sharon qui est bien développée, c'est triste ce qu'ils ont vécu mais ils sont trop choux les deux frères et sœurs Puis hâte aussi de voir ce qu'il va se passer avec Lloyd maintenant (et avec plaisir pour le lien ! love )


Bienvenue à la Levram School !


Ça y est tu as passé la fameuse étape de la présentation et tu fais désormais, officiellement partie des nôtres ! Ce qui veut dire que tu peux maintenant déambuler librement dans les couloirs de la Levram School et dans les rues de New-York, si c'est pas la classe ça ! Cool Enfin, avant toute chose je te conseille quand même d'aller vérifier que ton avatar et ton pouvoir se trouvent bien dans le bottin ainsi que d'aller recenser ton pseudo de super-héros si tu en as un, ça évitera tout problème par la suite et puis au moins, tu seras tranquille. angel Ensuite tu peux aller te trouver des copinous (ou plus si affinité siffle Arrow ) par ici, c'est gratuit et toujours plus intéressant que les curlys (sisi je t'assure) What a Face et un logement ici ou une chambre pour les recevoir et te la péter. Si malgré tout, tu te sens toujours seul ou pas assez entouré, tu peux toujours aller te créer un scénario. hug Enfin n'oublie pas de garder un oeil du côté des nouveautés du forum, ça serait dommage de passer à côté de quelque chose ! Et parce que les héros ça aime aussi s'amuser et se reposer, le flood et les jeux sont faits pour ça alors passe y faire un tour, ça ne sera que plus drôle !

Malgré tout ça, si tu as des questions, besoin d'aide ou juste envie de discuter (ou ce qui te passes par l'esprit ), n'hésite pas à contacter le staff qui se fera un plaisir de te répondre. gros smile

Allez, amuse toi bien sur RECKLESS AND BRAVE ! crazy love

_________________

 - The feelings got lost in my lungs
and I burst into flames -
Contenu sponsorisé
Re: ❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon) écrit le

❝ Jarvis, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher. ❞ ✽ (sharon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» autonomie et solidarité
» Préparer son corps à la grossesse
» lavage insert microfibre pour absorb° avt 1ère utilisation
» où installer un cosy dans la voiture ?
» "Dans la vie, il faut parfois faire des choix, et parfois ce sont les choix qui te font. " ~ Phoebe

Reckless and Brave :: 
Hold us
 :: les registres du s.h.i.e.l.d :: candidatures approuvées
-