AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
MESSAGES : 52
Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson écrit le Mer 25 Nov - 19:51



Rencontre clichée d'un film pour midinette
Jackson & Lute

 
Novembre. Ce n’était pas spécialement le mois préféré de Lute, mais il avait encore quelques bons côtés : les derniers rayons caressaient toujours le fin duvet de feuilles des arbres encore légèrement couverts, le vent qui se rafraîchissaient sans toutefois geler encore, on sortait frileusement les gants et les bonnets sans voir de buée sortir d’entre vos lèvres. Lute, elle, préférait le printemps. Mais elle savait qu’avant de pouvoir revoir cette saison de délices, elle devait passer par la case hiver, qui déployait des trésors d’ingéniosité pour arriver à la séduire ; chocolats chauds, feux de cheminée, écharpes duveteuses, chaussons poilus… En ce jour de novembre, Lute décida de profiter encore quelques instants des rayons du soleil dans le parc avant qu’une couverture de neige ne vienne lui en empêcher l’accès. Il faisait encore quinze degrés, mais elle avait vu que la météo prévoyait une baisse de dix degrés dans les jours à venir : elle souhaitait donc s’imprégner des derniers rayons de soleil avant que l’hiver ne s’installe définitivement et que les températures ne chutent encore plus. Coiffant ses écouteurs sous le couvert de ses longs cheveux blonds, elle alluma Sweet Dreams et se regarda un instant dans le miroir, peaufinant son illusion. Lorsqu’elle restait tranquillement chez elle, son pouvoir se relâchait subrepticement, mais elle ne pouvait pas accepter cela en sortant. Elle essayait de paraître la plus normale possible, comme toutes les blondes de l’école ; ses cicatrices, son œil… trop de détails qui pourraient la mettre au centre de l’attention, trop de détails qui pourraient attirer les regards sur elle. Tout ce qu’elle n’aimait pas, en somme.

Son regard passa sur la tranche des livres qu’elle avait pu emmener avec elle dans cette chambre, dorénavant la sienne. Elle avait presque terminé toutes ses lectures, il faudrait qu’elle se rende rapidement à la bibliothèque pour en trouver d’autres à se mettre sous la dent. Elle avait passé toute sa vie à emprunter des livres, et les seuls qui lui appartenaient étaient de vagues cadeaux ponctuels que sa tante lui faisaient (peut-être pour se racheter une conscience ?) qu’elle avait gardé précieusement au fil des ans. Mobidick, Dr Jekyll and Mr Hide, Frankenstein, Le Banquet, L’Ecume des Jours, Le Meilleur des Mondes, 1984, Le Cycle des Robots… Que des classiques qu’elle chérissait comme la prunelle de son oeil. Elle ne les avait pas tous aimés, mais elle s’y était attaché sentimentalement car c’était la seule chose qu’elle possédait. Tout ce qu’elle avait lu d’autre, c’était la bibliothèque qui lui avait fourni. Tous les livres de son enfance avaient été jeté quand elle avait déménagé sous le toit de sa tante, à son grand désarroi. Elle attrapa Nous les menteurs, le livre qu’elle était actuellement en train de lire, le fourra dans son sac en bandoulière, enfila un bonnet et se rua vers le parc au rythme des Eurythmics.

Elle n’avait pas vraiment eu le temps de découvrir tous les lieux dont cette école recelait : la seule chose qu’elle avait retenue principalement, était qu’il y avait un parc, et un lac. Elle n’avait pas encore vraiment eu le temps de s’y rendre, découvrant le club de lecture, la bibliothèque, mais aussi tous les cours qu’elle avait… Les gens, aussi. Elle avait eu des cours de méditation, et de piano, aussi. Ses journées étaient remplies comme jamais, et elle avait trouvé ça tellement grisant qu’elle ne s’était même pas encore posé la question du ‘dehors’, ou même du ‘New York City’. Est-ce que cela avait vraiment une importance, de toute façon ? Elle avait de longues années devant elle pour découvrir tous les petits secrets de l’école, et rien ne pressait. Avisant un banc qui semblait lui faire de l’œil, la jeune fille s’y posa et se plongea dans son livre…

… jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’était pas loin du stade. Elle avait l’habitude de monter le son très fort dans ses écouteurs, mais le parc n’était pas bruyant. Elle entendait distinctement le rire des joueurs, féminins comme masculins, qui se bousculaient pour aller se défouler au travers du sport. Ca n’avait jamais intéressé Lute, le sport… ni à la télévision, ni en vrai. Elle ne put s’empêcher de relever la tête de sa lecture pour voir si elle reconnaissait une ou deux têtes. Elle allait laisser tomber lorsque finalement, la dernière personne lui revint en mémoire. Elle l’avait déjà vu dans la cafétéria de l’école ; plutôt beau garçon, on disait que c’était quelqu’un d’arrogant et de fêtard. Pourtant, elle ne pouvait pas croire qu’un si beau garçon pouvait être décrit ainsi. Elle ferma distraitement son livre ; en fait il lui rappelait clairement le deuxième personnage principal du livre qu’elle parcourait. Beau garçon et qui en jouait, intéressant, aimé de tous… Elle en faisait peut-être un peu trop, non ? Plongée dans ses pensées, la jeune fille ne comprit pas ce que son pouvoir était en train de faire. Elle ne se trouvait pas assez belle, pas comme toutes les héroïnes de romans ou de films, jamais elle ne pourrait attirer le regard d’un garçon de ce genre-là… Une seconde voix ne pouvait s’empêcher de vibrer en elle, criant « et alors ? on s’en fiche de lui plaire, non ? on ne le connait même pas ! ». Mais Lute, Lute faisait tout pour ne jamais être vue. Elle utilisait toujours son pouvoir pour passer inaperçue, elle s’habillait de noir pour ne pas attirer l’attention, elle se taisait, ne savait jamais quoi dire… Elle se sentait complètement rongée de l’intérieur, come écartelée entre deux envies ; celle d’être l’héroïne que tout le monde adulait durant l’enfance, et celle d’être celle qu’elle avait toujours voulu être.
Son pouvoir n’avait jamais attendu son accord ou quoi que ce soit pour agir ; c’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle écoutait toujours de la musique. L’illusion agit, lissant ses traits, transformant sa peau, gommant la moindre imperfection pour plaire à ce garçon dont elle ne connaissait que vaguement le prénom, qui ne lui avait jamais parlé, dont elle ne connaissait même pas la voix. Un courant d’air glissa entre ses boucles blondes, pour faire comme dans tous les films qu’elle avait vus. La principale source d’inspiration des illusions était bien entendu ce qu’avait déjà vu ou ressenti Lute. Ses cils s’allongèrent légèrement, la couleur de ses yeux s’accentua, elle perdit quelques kilos au passage (il paraissait que les garçons aimaient ça ?), sa poitrine grossit imperceptiblement… Et finalement le regard de Jackson se tourna vers elle, la paumée sur un banc dopé au Photoshop automatique, qui ne savait même plus où se mettre.


acidbrain


avatar
MESSAGES : 2042
Re: Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson écrit le Mer 2 Déc - 22:21


Décembre approchait et si l'hiver n'était pas encore là, on pouvait bel et bien dire qu'il approchait à grands pas. Dehors, le froid de faisait ressentir et ce, même pour Jackson qui était moins sujet à se préoccuper de à température extérieure, puisque celle de son corps s'avérait déjà être supérieure à celle des autres. C'était un des meilleurs avantages à son pouvoir, il devait bien l'avouer. Mais froid ou pas, ce n'était pas ça qui allait empêcher le Reyes de sortir sur le terrain avec son équipe, historique de s'entraîner et de s'amuser un petit peu. Après tout, s'ils avaient rejoint la team de football américain de l'école, c'était avant tout parce qu'ils aimaient ce sport. Et bien quand il y avait la passion, la météo ne comptait pas. Enfin bref, peuplant le stade depuis au moins trente bonnes minutes, tous vêtus de leur tenue spéciale, les voilà dans leur jeu, sans que plus rien autour ne puisse les déranger. Pas même les cheerleaders qui avaient décidé elles aussi de répéter leur chorégraphie, juste à côté. Fallait dire qu'ils avaient l'habitude. Et tout le monde savait très bien que lorsque la gente masculine était en plein jeu, rien ne pouvait les déconcentrer.

Mais quand Jackson sentait qu'un petit coup de fatigue se faisait sentir ou que les troupes commençaient à faiblir, il n'hésitait pas à faire une petite pause, pour mieux reprendre après. Retirant son casque, il récupéra le ballon avant de s'adresser à tous les joueurs "On fait une pause les gars ! C'est pas mal ! Tout le monde sur le terrain dans dix minutes !" Le quaterback échangea quelques mots avec un autre joueur avant  de se rapprocher du bord du terrain, ses yeux bleus balayant les alentours tandis que ses mains jouaient avec le ballon, s'amusant à le faire tourner. Mais son mouvement se stoppa net lorsque son regard se posa sur une tête qui lui était encore inconnue. Ouah. Voilà la traduction de ce qu'il se dit intérieurement en voyant cette blonde au loin, qui était carrément pas mal, qu'on se le dise. Un sourire arrogant se dessinant sur son visage, le Reyes décida d'aller à sa rencontre, avec toute l'assurance du monde, le ballon toujours dans ses deux mains. Une fois arrivé à sa hauteur, il lui offrit son plus beau sourire - qui s'avérait être son arme la plus redoutable - tout en lui lançant : "Hey ! T'es nouvelle c'est ça ?"

_________________

 - The feelings got lost in my lungs
and I burst into flames -
avatar
MESSAGES : 52
Re: Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson écrit le Dim 20 Déc - 23:57



Rencontre clichée d'un film pour midinette
Jackson & Lute

 
Lute essaya de garder un maximum son calme quand son petit tour de passe-passe eut l’audace de réussir sur le beau garçon. La blondinette eut un moment de doute ; se moquait-il d’elle ? Cela ne pouvait pas marcher si facilement, si ? Elle essaye de reprendre son calme le plus rapidement possible, sachant que les battements de son cœur affolé dans sa cage thoracique pouvaient la prendre en traître, lui faisant lâcher tous ses pouvoirs… et alors l’illusion grotesque, la mascarade immonde serait révélée. Alors que Jackson aurait simplement pu poser ses yeux sur la blonde et continuer son chemin, non, Jackson le beau parleur devait venir lui parler ! Panique. Son souffle devint saccadé, se coinçant dans sa poitrine. Elle ne savait pas parler aux garçons ! On ne lui avait jamais appris, dit comme faire ! On lui avait certes prodigué quelques conseils sexistes à la rigueur, mais rien qui ne soit d’une grande d’aide face à Jackson… Bon bah, les conseils sexistes c’était mieux que rien ; ris à ses blagues, sois niaise et tais-toi, ils font le travail très bien tout seul. Accroche-toi Jeanot, on a notre stratégie d’attaque.

Lorsque Mister Dieu du Stade lui offrit son plus beau sourire, les joues de Lute se colorèrent du prune le plus éclatant qu’on n’ait jamais vu. Déchaussant son casque de ses oreilles, la jeune fille sentait ses doigts trembler sans pouvoir rien faire. « Hey ! T’es nouvelle, c’est ça ? » Bon, ce n’était pas une question très compliquée. « Euh, ouii… » Salut voix qui dérape. « Moi c’est Lute, enchantée. » Elle se leva d’un bond pour être à la hauteur du garçon – ce qui au passage rata complètement car il devait encore faire une bonne tête de plus qu’elle, et en voulant lui tendre la main pour le saluer, elle entraîna son sac qui se renversa sur le sol, déversant tout son contenu au passage – sinon ce n’est pas drôle. Son gros bouquin « Les Chroniques de Shannara, l’intégrale » tomba sur le pied de Jackson, et le rose des joues de Lute vira au rouge incendie. « Oh non non non, je suis vraiment, vraiment désolée, ça va ? » Elle ramassa son livre, pestant contre sa maladresse qui ruinait systématiquement toutes les situations du quotidien, mais remerciant d’un autre côté le bon dieu, car soit 1) Jackson la laisserait en voyant qu’il s’agissait d’une pauvre fille 2) après le point Godwin, elle pourrait créer une autre sorte d’échelle qui reprendrait tous les clichés des séries romantiques à deux balles. « Je peux faire quelque chose pour m’excuser ? ajouta-t-elle piteusement en essayant de ramasser tout ce que son sac venait de salement recracher sur le sol. » Ecouteurs, livre de bio, livre de science-fiction, feutres en tout genre et évidemment le fichu carnet de croquis avec toutes les œuvres dont personne ne pouvait être fier, encore moins Lute et son manque de confiance en soi.

acidbrain


avatar
MESSAGES : 2042
Re: Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson écrit le Mer 23 Déc - 21:42


Jackson était un peu perplexe, bien que certain d'avoir affaire à une nouvelle. Néanmoins, il trouvait ça assez surprenant ou plutôt intriguant de ne l'avoir jamais vue ni même entendu parler d'elle. Parce qu'entre mecs, c'était évident qu'une demoiselle au joli minois fraîchement débarquée d'ailleurs, ils allaient en parler et même se charrier sur le sujet. Enfin bref, celle-ci semblait plutôt du genre discrète et à rester à l'écart, peut-être était-elle arrivée hier ? Hum, dans ce cas il pourrait toujours lui proposer de lui faire visiter ou je ne sais pas, de lui parler de l'école, des profs... ça pouvait paraître cliché et ça l'était mais c'était la base, puis parfois, la facilité avait du bon. D'ailleurs, en parlant de facilité, elle venait déjà de lui donner son prénom sans même qu'il ne le lui ait demandé. Lute... Original. Et non, ça ne lui rappelait définitivement rien du tout. Mais soit, toujours souriant - enfin ça, c'était évident, puisque le jeune homme souriait toujours, sans raison particulière - il eut à peine le temps de lui dire son prénom "Jackson..." qu'il sentit quelque chose atterrir sur son pied, ce qui le fit légèrement grincer des dents mais sans plus. Malgré son impulsivité, il lui en fallait plus pour le faire sortir de ses gonds et devenir désagréable, surtout en présence de la gente féminine. "Non, ne t'inquiète pas, je n'ai rien senti." Bon ce n'était pas tout à fait vrai mais ce n'était certainement pas lui qui prétendrait le contraire. Fallait pas perdre en crédibilité, quand même. Non, en réalité, cette fille, elle l'amusait déjà. Était-ce son côté maladroit ou bien sa manière d'être, elle qui semblait si peu confiante, qui le faisait rire ? Le mutant n'aurait su le dire, les deux sûrement. Néanmoins, il n'allait pas rester planté là, à la regarder ramasser l'intégralité du contenu de son sac qui venait de se retrouver par terre. Alors le blond s'abaissa, posant le ballon qu'il tenait dans ses mains sur le côté et se mit à ramasser quelques unes de ses affaires avant de relever ses yeux vers Lute, un fin sourire aux lèvres. "Je te l'ai dit, ça va. Par contre, toi ? Tu sembles un peu... confuse." Ok, elle venait de faire tomber ses affaires, ça pouvait se comprendre mais même avant cet incident, Jackson l'avait déjà remarqué. L'expression "mal à l'aise" aurait été plus appropriée mais confuse, c'était le premier mot qui lui était venu à la bouche. C'était du pareil au même dans tous les cas et elle comprendrait. Parce que vu tout ce que la fille lisait - et encore, ce n'était que son sac - il n'était pas difficile de deviner qu'elle ne devait pas être bête. "Alors comme ça, tu dessines ?" dit-il en remettant à l'endroit le carnet qui s'était ouvert en tombant au sol. Une artiste, en plus d'une lectrice ? Il était déjà prêt à parier que cette fille avait de très bonnes notes, du moins pour tous les cours théoriques. Ben en tout cas, pour une intello, elle était vraiment pas mal, fallait l'avouer.

_________________

 - The feelings got lost in my lungs
and I burst into flames -
Contenu sponsorisé
Re: Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson écrit le

Rencontre clichée d'un film pour midinette ♠ Jackson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Notre pain quotidien", un film pour débattre
» pour voir la vie du bon côté
» Films pas cons pour enfants de six ans
» Idées films pour enfants
» ANOTHER MOTHER S' SON un nouveau film pour ronan

Reckless and Brave :: 
Levram School
 :: extérieur :: parc
-